Notice: Function is_feed was called incorrectly. Conditional query tags do not work before the query is run. Before then, they always return false. Please see Debugging in WordPress for more information. (This message was added in version 3.1.0.) in /var/www/wp-includes/functions.php on line 5835
Experts à propos du prix de l’énergie : « Nous devons cesser de payer de l’énergie gratuite » – Het Nieuwsblad - Enbro

Cette semaine, Guido Camps a livré son point de vue sur les prix de l’énergie dans Het Nieuwsblad. Lisez l’article complet ci-dessous.

 

« Les producteurs se remplissent les poches alors que celles des consommateurs se vident. » Guido Camps, ex-directeur du gardien de l’énergie, la CREG, se désole des « sommes folles versées pour quelque chose qui coûte à peine », comme l’électricité solaire ou éolienne, et propose une solution : dissocier le prix de l’électricité de celui du gaz. L’idée paraît simple, mais tout le monde n’y est pas favorable. Pourquoi pas ?


 

Par souci de clarté, précisons que Camps n’est pas le seul partisan de cette idée. Ces dernières semaines, le système a été remis en cause parce que les producteurs d’énergie réalisent actuellement de gigantesques bénéfices dans la production d’électricité, pour autant qu’elle ne s’effectue pas avec du gaz. « Laissez-moi commencer par expliquer comment fonctionne le système », dit Camps. « Il repose sur l’accumulation de moyens de production pour répondre à la demande. On utilise d’abord les moyens de production les moins chers (ce sont les éoliennes et les panneaux solaires, si le temps le permet) et on ajoute ensuite les plus chers. L’opération se fait jusqu’à ce qu’il soit possible de produire suffisamment d’électricité. Le prix du marché est déterminé par la méthode de production la plus chère. Et ce, parce qu’il faut justement les convaincre de produire pour pouvoir répondre à la demande complète. Produire moins que la demande n’est pas une option pour l’électricité. Personne ne veut d’une pénurie d’électricité. Il en résulte que le reste qui produit à moindre coût en profite. Toutefois, en temps normal, cela fonctionne bien. Il y a quelques années, les prix du gaz étaient encore bas et il n’y avait pas beaucoup de différence. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. »


 

« Aujourd’hui, ce système engendre une situation très perverse », explique Camps. « Nous payons entre 500 et 700 euros par MWh et plus pour l’électricité produite en partie gratuitement grâce au vent. Il y a bien sûr les coûts d’investissement, mais le carburant utilisé pour cette production coûte zéro euro. Avec le nucléaire, il en va presque de même. Comptez 33 euros de coûts de production par MWh ; là encore, nous payons 20 fois plus pour le moment. Ces producteurs deviennent ainsi très riches sur le dos des consommateurs. Ce système doit donc changer. Comment ? Par exemple, en payant des prix déterminés en fonction du coût de cette production spécifique. Ainsi, les producteurs d’énergie éolienne, par exemple, feront connaître leur prix et les fournisseurs d’énergie pourront négocier pour obtenir le prix le moins cher. Même chose avec les centrales nucléaires. Et ainsi de suite. Cela permettrait d’obtenir un prix beaucoup plus juste. »

 

Prix les moins chers



Cela semble logique, mais tout le monde ne partage pas son avis. « Ce n’est pas qu’il faut se réjouir des prix actuels, mais supprimer ce système, je ne trouve pas que ce soit une bonne idée », explique le spécialiste de l’énergie Bram Claeys, qui travaille pour l’ONG RAP. « Selon moi, cela nous permet d’obtenir les prix les moins chers pour notre énergie même dans ces circonstances. Cela paraît étrange, mais c’est le cas. »


 

Joannes Laveyne, chercheur en énergie à l’UGent, le rejoint. « Chaque producteur doit communiquer son prix de production et est ainsi intégré dans ce plan de stockage. Si le producteur B demande un euro de plus pour son électricité éolienne que le producteur A, celui-ci ne sera intégré qu’à la deuxième place. En donnant leur prix le plus avantageux, les producteurs peuvent donc être sollicités en premier. Et c’est important, car ils ont fait un gros investissement, ils veulent pouvoir l’exploiter. C’est pourquoi les centrales nucléaires donnent même de l’argent pour pouvoir livrer dans des périodes très calmes où la demande d’électricité est faible. Car on ne les débranche pas comme ça. »


 

« Si vous supprimez ce système, les producteurs n’auront plus aucune raison de donner leurs prix les plus bas », explique Laveyne. « S’ils savent que le même jour, on donne beaucoup d’argent aux centrales au gaz, pourquoi devraient-ils obtenir le prix le plus bas pour leur électricité éolienne ? On ne peut pas non plus l’exiger car tout le monde demande ce qu’il veut pour son produit. Ainsi, même ceux qui produisent avec du gaz demanderaient probablement un prix encore plus élevé que ce qu’ils font actuellement. Aux États-Unis, il existe différents systèmes, nous voyons des États qui appliquent notre système et où les prix sont quand même inférieurs de huit pour cent. Cela montre qu’il n’est pas aussi simple de jeter ce système par-dessus bord. »


 

Camps n’est pas d’accord. « Dans cette situation, tout système est meilleur que celui que nous appliquons actuellement. Parce qu’il ne marche plus, il est fichu. Même si une seule centrale au gaz est intégrée dans la chaîne de production, le prix atteint déjà des sommets. Ce n’est pas normal. Avec le consommateur comme victime. Je connais les critiques sur les propositions de mettre en place une alternative, mais c’est quand même le moment d’y réfléchir. »



Il distingue néanmoins encore un problème. « Il ne sera pas directement possible de mettre en place quelque chose de nouveau. Avant que tous ces accords aient été revus, et cela doit être fait au niveau international, l’hiver sera derrière nous. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas le faire. Si j’écoute le Premier ministre, nous serons encore confrontés à cinq ou dix hivers difficiles. »


Warning: array_key_exists(): The first argument should be either a string or an integer in /var/www/wp-content/mu-plugins/gd-system-plugin/includes/class-cache.php on line 637

Warning: array_key_exists(): The first argument should be either a string or an integer in /var/www/wp-content/mu-plugins/gd-system-plugin/includes/class-cache.php on line 662