Notice: is_feed was called incorrectly. Conditional query tags do not work before the query is run. Before then, they always return false. Please see Debugging in WordPress for more information. (This message was added in version 3.1.0.) in /var/www/wp-includes/functions.php on line 5663
Monthly Marketview août 2021 - Enbro

ÉVALUATION MENSUELLE DE L’ÉVOLUTION DES PRIX

Évolution des prix de l’électricité et du gaz naturel

elektriciteit

Ces derniers jours, les prix de l’électricité ont été poussés à la hausse en raison des prix élevés du gaz, de l’augmentation des quotas d’émission de CO2 et du manque d’énergies renouvelables. 

Les prix du CO2 ont atteint 60,72 €/MWh en août. Durant la deuxième quinzaine d’août, les prix ont fortement augmenté et le seuil de 60 €/tonne a été franchi lundi dernier. Cette forte hausse est due aux prix très élevés du gaz et à la pénurie du côté de l’offre des certificats. En raison des prix élevés du gaz, certains pays se tournent à nouveau vers les centrales à charbon pour produire de l’électricité. Les centrales à charbon émettent plus de CO2, ce qui augmente la demande de quotas d’émission. Aujourd’hui, la capacité solaire et éolienne disponible est encore insuffisante pour compenser cette situation. 

Le prix variable a atteint en août une moyenne de 79,74 €/MWh, soit une hausse d’un peu moins de 125 % par rapport à août 2020. Jusqu’à hier, le prix moyen pour 2021 était de 62,24 €/MWh. C’est déjà presque le double que pour l’ensemble de l’année 2020, où il s’élevait à 31,94 €/MWh.

Les prix forward suivent la hausse des prix variables et sont très élevés à court terme. Le call 22 a fini à 85,34 €/MWh, soit une hausse d’un peu plus de 18 % par rapport à fin juillet. L’écart avec les call 23 et 24 s’agrandit de plus en plus. Le call 23 s’établit à 69,57 €/MWh, en hausse de 14 % par rapport à juillet. Le call 24 se monte à 63,30 €/MWh.

 

ÉLECTRICITÉ PRIX FIXE

Sur le marché des forwards, le prix de l’électricité suit l’évolution des prix du gaz et des émissions. Plus ils montent, plus le prix de l’électricité augmentera. 

Les prix des émissions de CO2 vont atteindre le nouveau seuil de 60 €/tonne, mais poussés par les prix élevés du gaz et la pénurie sur le marché, ils se maintiendront probablement à ces niveaux.
La Commission européenne a approuvé le plan d’aide belge à la construction de centrales à gaz et de solutions alternatives pour remplacer les centrales nucléaires. Cela permettra de lancer des enchères pour distribuer ces aides notamment aux centrales à gaz, afin qu’elles soient prêtes d’ici 2025. 

Tant que les prix du gaz seront élevés, le prix de l’électricité restera élevé. Comme nous le verrons dans les commentaires sur les prix du gaz, il y a beaucoup d’incertitude sur le marché du gaz et cela peut entraîner de fortes fluctuations soudaines des prix en cas de nouvelles positives ou négatives.

ÉLECTRICITÉ PRIX VARIABLE

Les prix variables sont extrêmement élevés en raison du recul des énergies renouvelables et des prix élevés du gaz. Dans les prochaines semaines, on s’attend, par exemple en Allemagne, à moins de vent que d’habitude, ce qui, avec les prix élevés du gaz, aura pour effet de maintenir les prix variables à un taux élevé. Sur le marché spot, le prix chute quand il y a beaucoup de soleil et de vent et il grimpe quand il faut davantage compter sur les centrales à gaz, ce en raison des prix élevés du gaz. Par conséquent, nous pouvons voir des prix négatifs un jour et des prix d’environ 100 €/MWh le lendemain. 

Tant que les prix du gaz resteront élevés, les prix variables resteront élevés. Nous ne prévoyons pas encore beaucoup de changement en la matière en septembre. Quelques poussées d’une grande quantité d’énergie renouvelable apporteront un certain soulagement.

gas

Les prix du gaz continuent de flamber. Les prix variables sont très élevés en raison de la forte demande de réapprovisionnement en gaz et de l’offre très faible. Ces dernières semaines, nous n’avons quasi pas été approvisionnés en GNL en raison de la forte demande en Asie et, de ce fait, de la hausse des prix. Fin août, les stocks étaient seulement remplis à 67 % en Europe, alors qu’ils devraient atteindre 85 % avant le début de l’hiver. Il y a aussi eu quelques problèmes d’approvisionnement en provenance de Norvège. L’approvisionnement en provenance de Russie a également connu des difficultés en août en raison d’un incendie dans des installations gazières en Russie. L’ouragan Ida, qui a paralysé la production de gaz et de pétrole dans le golfe du Mexique, a accru l’incertitude du côté de l’offre et poussé les prix à la hausse. 

Le prix variable a fini en août à 43,83 €/MWh en moyenne. C’est six fois plus qu’en août dernier et 18 % de plus que le mois précédent. Au 31 août, le prix variable atteignait un maximum mensuel de 50,39 €/MWh. 

Les prix à long terme suivent les hausses des prix à court terme, ce qui les rend très élevés. Le call 22 s’établit à 33,52 €/MWh, en hausse de 22 % par rapport à fin juillet. Dans le gaz, l’écart entre les calls 22, 23 & 24 est encore plus important que pour l’électricité. Le call 23 est 30 % moins cher à 23,37 €/MWh et le call 24, à 19,35 €/MWh.

 

GAZ NATUREL PRIX FIXE

En raison de l’incertitude du côté de l’offre, les prix restent élevés. Les prix du gaz pour septembre et le quatrième trimestre 2021 sont toujours supérieurs à ceux du premier trimestre 2022, ce qui reste un phénomène étrange. Tout obstacle inattendu provoquera un nouveau pic des prix ; des messages positifs peuvent aussi facilement percer la bulle des prix. Bref, la variation des prix peut être importante en fonction de l’actualité. 

À plus long terme, nous prévoyons une baisse des prix. Cela se voit également à l’écart important entre le call 22 et les calls 23 & 24. En raison de la crise du covid-19, l’offre de gaz s’est quelque peu dégradée surtout en 2020, certains producteurs de GNL ayant notamment sombré, surtout aux États-Unis. D’autres producteurs ont également légèrement réduit leurs investissements en raison des prix très bas l’an dernier. La demande a augmenté plus que prévu, notamment en raison de l’hiver rigoureux, et la demande est donc supérieure à l’offre. À plus long terme, cet équilibre se rétablira et nous aurons probablement plus d’approvisionnement en Europe via Nordstream II en provenance de Russie. Si l’incertitude du côté de l’offre disparaît, les prix redescendront.

GAZ NATUREL PRIX VARIABLE

Tant que la demande est supérieure à l’offre et qu’il y a beaucoup d’incertitude du côté de l’offre, les prix resteront élevés. Les prix du gaz TTF suivent les prix asiatiques. Si nous analysons ce marché, nous prévoyons que les prix futurs resteront élevés à ce niveau jusqu’en avril de l’année prochaine. 

Des travaux sont prévus pour septembre en Norvège et l’approvisionnement en provenance de Russie ne fonctionne pas encore correctement. La Russie envoie des signaux positifs concernant l’utilisation du nouveau Nord Stream II. Nous allons recevoir davantage de GNL, mais pas assez pour le moment pour amener le stock européen au niveau nécessaire. Par rapport à la même période l’an dernier, nous avons noté une diminution de 16 % de notre approvisionnement en GNL en 2021. Le stock en Europe s’élève à 67 %, avec les Pays-Bas accusant un net retard par rapport au reste de l’Europe, avec un niveau de stock de 47 %. Nous devons normalement atteindre 85 % en moyenne avant l’hiver. 

En raison du retard dans l’approvisionnement des stocks, le prix du gaz dépendra fortement ces prochains mois de la météo en fin d’année. Cela signifie que, si l’offre ne s’améliore pas, nous connaîtrons un hiver très volatil avec des prix qui dépendront de la météo.

Henk Van Acker
Senior Key Account Manager

Contactez ENBRO

Indiquez vos coordonnées ci-dessous et nous vous contacterons pour vous fournir plus d’informations.

Formulaire de contact

BELGIË: Kortrijksesteenweg 387 - 8530 Harelbeke

En remplissant le formulaire, vous acceptez les conditions générales et la politique de confidentialité d’ENBRO SA.