La Belgique n’a pas de réserves de gaz naturel. Les fournisseurs de gaz dépendent donc des pays qui en possèdent, produisent du gaz et nous le fournissent. Une fois que le gaz a passé la frontière belge, il est remis à Fluxys, le gestionnaire du transport de gaz en Belgique.

En général, l’extraction de pétrole brut induit également l’extraction de gaz naturel. Les pays qui produisent du gaz naturel l’acheminent jusqu’en Belgique à l’aide de gazoducs ou de méthaniers.

En Belgique, le gaz provient des Pays-Bas, de la mer du Nord (Norvège) et de l’Allemagne via des gazoducs terrestres. Nous recevons le gaz naturel du Royaume-Uni et d’une autre partie de la Norvège, via des gazoducs sous-marins.

En mer du Nord, on recense quelque 2 000 kilomètres de gazoducs différents.

Les méthaniers, la deuxième option, sont de très gros navires qui transportent du gaz naturel sous forme liquide (GNL). Le volume du gaz naturel est alors 600 fois moindre que sous forme gazeuse. Ce qui permet dès lors d’en transporter bien plus. Toutefois, les réservoirs doivent être thermiquement isolés afin d’éviter toute perte d’énergie. Le gaz naturel de ces méthaniers est livré à Zeebruges. Il est temporairement stocké dans de grands réservoirs sous forme liquide. On en refait ensuite du gaz que l’on injecte dans le réseau de transport, puis dans le réseau de distribution. Le terminal présente une capacité de 9 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Chaque année, 110 méthaniers peuvent y décharger leur cargaison.

Le prix du gaz naturel peut être influencé par de nombreux facteurs. Qu’est-ce qui détermine le prix du gaz par kWh ? S’il y a moins d’approvisionnement par un pays en raison d’une maintenance, par exemple, cela a déjà un impact négatif sur le prix. En outre, les quotas d’émission de CO2 déterminent le prix, eux aussi. Les prix fixes fluctuent toujours selon les conditions météorologiques.

Naturellement, les décisions politiques ont aussi un impact. Par exemple, si l’Allemagne décide de ne pas terminer les gazoducs entre la Russie et l’Allemagne, le Nordstream 2, il se pourrait que les prix augmentent.

L’émergence du gaz de schiste aux États-Unis, qui sera importé en Europe dans un avenir prévisible, augmentera considérablement l’offre mondiale de gaz. Ce qui garantit une pression supplémentaire sur le prix du gaz naturel qui induira une baisse structurelle du prix du gaz naturel. Nous n’assisterons donc plus aux récents pics des prix du gaz au-delà des 25 €/MWh (ou de manière très sporadique).

Tout cela n’est donc pas une mince affaire. Laissez dès lors Enbro, votre courtier en énergie indépendant et professionnel, vous aider à choisir votre contrat de gaz et à comparer les fournisseurs de gaz.

Contactez ENBRO

Indiquez vos coordonnées ci-dessous et nous vous contacterons pour vous fournir plus d’informations.

Formulaire de contact

BELGIË: Kortrijksesteenweg 387 - 8530 Harelbeke