Les médias ont annoncé que le VREG (organisme officiel de régulation du marché du gaz et de l’électricité pour la Région flamande) avait l’intention d’imposer une nouvelle structure tarifaire à partir de 2022 et que cette structure tarifaire sera principalement basée sur la capacité utilisée (3,15 kW pour un consommateur résidentiel) et non plus sur la quantité d’électricité achetée. Ce n’est rien de moins qu’une révolution pour l’utilisateur du réseau et un salut pour l’opérateur du réseau.

Le gestionnaire de réseau se retrouve clairement gagnant : le revenu pour le gestionnaire de réseau est une contribution fixe de l’utilisateur du réseau, indépendante de la quantité d’énergie prélevée sur le réseau de distribution.

Ce n’est donc plus la même limonade pour l’utilisateur du réseau. L’utilisateur a tout intérêt à répartir sa consommation le plus uniformément possible sur toute la période de consommation et donc à ne pas générer de pics de consommation. L’utilisateur du réseau doit donc avoir une parfaite connaissance de la puissance (“wattage”) de tous ses appareils électriques et veiller à ce que la somme des consommations de tous les appareils allumés (TV, réfrigérateur, congélateur, sèche-linge, lave-linge et lave-vaisselle, pompe à eau chaude, fer à repasser, radio, PC, chargeur de voiture électrique, etc.) ne dépasse pas 3,15 kW. (bien que la puissance moyenne connectée varie entre 9 et 12 kW.)

Les conséquences de cette situation pour les petits consommateurs (étudiants en kots, résidences secondaires, etc.) ont déjà été soulevées par les médias et traduisent bien entendu des augmentations significatives par rapport aux tarifs actuels basés sur une faible consommation. Le raccordement au réseau pour ces petits consommateurs s’annonce aussi coûteux que pour les gros consommateurs habituels. Inversement, à partir de 2022, les gros consommateurs débourseront moins qu’aujourd’hui pour leur utilisation du réseau.

Mais prenons l’exemple d’un utilisateur de réseau ordinaire attentif dans les moindres détails à sa consommation et qui ne dépasse pas 3,15 kW pendant des mois, jusqu’à ce qu’un membre du ménage doive subitement, à 18h45 le 16 février 2022, repasser ou faire repasser une chemise, un chemisier ou un pantalon et allume le fer à repasser de manière imprévue, le tout entraînant une augmentation de la consommation de réseau d’au moins 2 kW. L’augmentation de la facture finale va être désagréablement surprenante. Qui plus est, le gestionnaire de réseau – n’étant au courant de rien et par souci de commodité – supposera que l’utilisateur du réseau n’a pas causé ce pic de consommation une seule fois mais le répétera à plusieurs reprises au cours des mois à venir, histoire de minimiser les futurs investissements nécessaires dans le réseau.

Vous recevrez la facture et constaterez que votre contribution au réseau a augmenté de manière substantielle, mais vous souviendrez-vous que ce jour-là à cette heure-là, vous avez presque doublé la puissance utilisée ? Comment allez-vous pouvoir contester ça ?

La volonté de réduire absolument la consommation d’énergie et de la récompenser financièrement a apparemment été reléguée au second plan pour un bout de temps. Il est visiblement plus important d’organiser la consommation de manière uniforme, au crédit et à la gloire du gestionnaire de réseau.

Pour le consommateur, l’orientation, le suivi et le contrôle par une partie externe et indépendante deviendront encore plus importants. Négocier simplement un tarif d’achat bon marché ne suffira plus. Gaele recherche déjà une solution pour vous aider à y arriver.

Contactez ENBRO

Indiquez vos coordonnées ci-dessous et nous vous contacterons pour vous fournir plus d’informations.

Formulaire de contact

BELGIË: Kortrijksesteenweg 387 - 8530 Harelbeke